Musique en cours

Title

Artist

Background

Bruxelles envisagerait une taxe sur le kérosène

Ecrit par le 15 mai 2019


Dans la minute de l’Europe cette semaine, on s’intéresse aux taxes dans le transport aérien.

Et notamment la possibilité de voir émerger une taxe sur le kérosène, inexistante jusqu’ici, faisant de l’Europe « un paradis fiscal » pour l’eurodéputé écologiste Bart Staes.

Une mesure qui permettrait de faire chuter l’empreinte carbone de 11%, soit 16,4 millions de tonnes de CO2 en moins dans l’atmosphère/an. Une taxe pourrait donc s’appliquer à hauteur de 330€/millier de litres de kérosène, et rapporterait 27 milliards d’€/an, selon le consultant CE Delft, pour la Commission Européenne… La contre-partie ? Le prix des billets d’avion pourraient augmenter de 10%/an alors que l’emploi dans le secteur du transport aérien baisserait de 11%.

Une menace brandie par les professionnels du secteur aérien que paraît relativisée par les auteurs de l’étude, car la part d’emploi lié à l’aérien est très faible avec 3,2 millions sur les 194 millions d’emplois dans l’UE.

Une proposition qui a été inscrite dans le manifeste de campagne du groupe parlementaire VERTS/ALE, qui souhaite voir les revenus générés être réinvestis dans les réseaux ferroviaires, et notamment le retour des trains de nuit… De son côté, l’association européenne du rail, la CER, estima que « tout type de transport doit être tenu responsable de la pollution qu’il émet ».

Incongruité, l’aviation est actuellement soumise à différentes taxes datant d’un accord international datant de 1944… Alors que de nombreux pays ont déjà taxé le carburant des vols intérieurs, notamment au Canada, aux Etats-Unis, au Japon et en Arabie Saoudite. Une absence de taxe partielle avait d’ailleurs été décidé dans cet accord, car seul le carburant restant dans les réservoirs à l’arrivée de l’avion devait être exempté…

Ainsi, le 30 avril, la Commission Européenne a reçu une pétition lui demandant d’établir une taxe sur le kérosène.1 million de signatures provenant d’au moins 7 États membres sont nécessaires dans les 12 prochains mois, pour obliger l’institution Europénne à y répondre.

La Belgique et les Pays-Bas se sont d’ailleurs montrés favorables à taxer le secteur aérien, sans en préciser si elle devaient d’abattre sur les billets ou le carburant… Evolution notoire, la Commission a récemment proposé de modifier la manière dont les taxes environnementales sont gérées, afin d’éliminer la nécessité de l’unanimité. Notez enfin qu’1 trajet sur 6 s’effectue en avion en Europe, et que seuls 18% des 218 millions de trajets le sont à but professionnel.

Lire l’article complet sur Les Français.press


%d blogueurs aiment cette page :