Musique en cours

Title

Artist

Background

Concurrence, l’Europe n’est pas aussi naïve qu’on le dit !!!

Ecrit par le 10 juillet 2019


Bonjour à toutes et à tous !!!

On s’intéresse ce matin à la politique de l’Europe en matière de concurrence… Un débat relancer lors du refus de la Commission de la fusion entre Alstom et Siemens, pour créer un géant de l’Industrie continentale… Un refus justifié à l’époque au nom de la concurrence… Et cela a révélé une fois de plus le côté schyzophrène des européens en la matière… Car une part importante considère les oligopoles comme une menace pour les consommateurs et voient la concurrence comme un moyen de faire baisser les prix… Ils dénoncent aussi une le rôle des multinationales, surtout si elles sont américaines ou chinoises… En revanche, ces mêmes européens critiquent la Commission quand elle freine ou empêche une fusion, qui pourtant faire concurrence sur le marché mondial…

Mais si l’on entre dans le détail, on se rend compte que la politique concurrentielle défendue par l’Europe porte ses fruits… Selon l’étude réalisée par le Conseil d’analyse économique, la politique concurrentielle européenne rapporte d’avantage au consommateur que les concentrations américaines… Sur la période 2000-2015, les prix ont ainsi augmenté de 15% de plus aux Etats-Unis qu’en Europe, pour des salaires qui ont augmenté de moitié moins… Or en Europe, avec une marge prix/salaire qui a baissé de 8%, un travailleur au salaire médian a vu une hausse de 8% de son pouvoir d’achat…

Le meilleur exemple provenant du secteur des Télécommunications, avec une baisse spectaculaire de 40% des prix, avec l’arrivée sur le marché français de Free, en 2011… Des prix qui, selon le Conseil d’analyse économique de 2019, restent moins élevés qu’aux Etats-Unis, alors que l’inverse étaient vrai pendant longtemps… Et les adversaires de la concurrence voit leur thèse souvent invalidée… La preuve en est, notamment, avec la politique de concentrations des Etats-Unis, qui, dans les secteurs de l’électronique, l’informatique ou encore la chimie, ont vu, certes, leurs cours d’action appréciés et leurs bénéfices augmentés, mais surtout leur dépenses de recherche et développement diminuer… Au contraire, la politique concurrentielle européenne se traduit par une baisse des prix et une productivité au moins équivalente à celle des Etats-Unis… En tout cas, on ne peut pas forcément rapprocher la faible innovation à cette concurrence…

Cette faiblesse de l’innovation s’explique davantage sur l’absence de marchés de capitaux unifiés et une formation moins centrée sur les Sciences qu’ailleurs, notamment au Japon et en Corée… Et si ce marché concurrentiel est dans l’ADN européen, le remettre en cause, causerait une rupture dans son processus de construction… La lutte contre les ententes se justifie alors pour fluidifier et faciliter le développement de tous les Etats membres… En revanche, le paradoxe réside dans le fait que, sur les 2 980 opérations opérations de concentrations notifiées à la Commission, 90,7% ont été acceptées sans conditions… Citons notamment Luxottica et Essilor dans l’optique, ou encore Lafarge et Holcim dans le ciment…
Cela montre bien que la préservation de la concurrence, n’empêche pas à l’émergence de grandes entreprises européenne pour autant… Notamment grâce à certaines décisions d’instances nationale, à l’image de l’autorité de la concurrence française, qui avait revu à la baisse les engagements de Canal+ dans la fusion avec TPS et les chaînes Direct8 et DirectStar, compte tenu des arrivés de Netflix et Amazon…La Commission encadre aussi les aides d’Etats auprès d’entreprises en difficulté pour que des investissements publics soient mis en œuvre quans cela est socialement profitable…

L’Europe qui se montre également ferme en matière de dumping social… La Commission peut ainsi appliqué des droits anti-dumping… Et 94 mesures étaient engagées fin 2018, et les 2/3 concernaient la Chine… Une politique concurrentielle qui est souvent considérée comme un frein qu’elle impose aux Etats membres, mais tire indéniablement son épingle du jeu dans le profit qu’elle apporte aux consommateurs…

Lire l’article complet sur Les Français.press