Musique en cours

Title

Artist

Background

Européennes : les Français de l’étranger sollicités

Ecrit par le 16 mai 2019


Ce jeudi matin on s’intéresse à la campagne des élections européennes, qui auront dans 10 jours, tout pile !

Et la mobilisation des français de l’Etranger est essentielle, vous l’entendrez tout au long de cette chronique. Même s’il s’agit d’un scrutin qui mobilise peu, historiquement parlant, avec seulement 42,5% de participation lors de l’élection de 2014, il est très important, notamment pour les français résidant à l’Etranger.

Nombreux sont ceux qui vivent l’Europe au quotidien dans leur exil, et notamment ceux au Royaume-Uni, qui s’inquiète du Brexit et ses conséquences, mais aussi tous ceux qui pourraient être directement impactés par les accords de libre-échange.

Mais rappelons d’abord que 79 députés français seront élus au Parlement européen, le soir du 26 mai.

Cette élection à un tour, et à la proportionnelle, détermine la future Assemblée de la Commission Européenne, qui influencera en grande partie l’identité de son Président.

L’Union Européenne gère ensuite de nombreux accords, comme le programme Erasmus pour les étudiants, ou encore Frontex, qui protège les frontières, voire les interdictions de produits chimiques ou toxiques.

Dans cette bataille qui fait rage entre les partis, nous sommes en train de revivre, quasiment, le match des Présidentielles en France en 2017, avec la République en Marche et le RN qui sont au coude à coude en tête des intentions de vote.

Les Républicains en troisième, et la gauche de Raphaël Gluksmann de Place Publique (réunissant le PS notamment), qui peine à dépassé la barre des 5%, à partir de laquelle des eurodéputés sont élus.

Mais pour le moment, seuls les candidats LREM – Nathalie Loiseau – et des Républicains – François-Xavier Bellamy – se sont réellement adressés aux Français de l’Etranger. Nathalie Loiseau, en se rendant à Londres et Bruxelles.

François-Xavier Bellamy, en innovant la vidéoconférence avec 12 sections de français de l’Etranger.

Les deux ont parlé de la sauvegarde des Lycées Français de l’Etranger, sans pour autant que cela soit une prérogative de l’Europe ! Car au final, mis à part les problématiques de libre-échange, ce scrutin n’a que peu d’impact sur les Français de l’Etranger.

Et cela peut se vérifier dans le manque cruel de français de l’Étranger sur les listes des partis français.

Le premier sur la liste Renaissance, de la majoritée présidentielle n’arrive qu’en 40è position, avec Pierre Marc. Ou encore Sophie Rauszer et Daniel Conversano (La France Insoumise).

Citons également les présences de Mélanie Vogel pour EELV, Cécilia Gondard pour la liste Place Publique / PS ou encore Laurence Saillet pour les Républicains.

En revanche, toutes les listes s’accordent à dire une chose : que les Française de l’Etranger sont le témoins de l’ouverture de la France sur le monde et les principaux ambassadeurs de la France.

Reste à savoir si l’argument sera mobilisateur ?

Un article à lire sur lesfrancais.press