Musique en cours

Title

Artist

Background

La nouvelle Commission esquisse une volonté de puissance inédite pour l’Europe

Ecrit par le 18 septembre 2019


On évoque ce matin la future puissance de l’UE, sous la gestion d’Ursula Von der Leyen… Ainsi, la nouvelle présidente de l’exécutif continental veut une Europe « plus forte sur la scène internationale »… Cela passera, selon elle, par une commission géopolitique, et un combat pour le changement climatique, tout en sauvegardent le multilatéralisme… Une vision nettement plus française qu’allemande… Un état d’esprit conquérant dévoilé non seulement dans le discours de la Sorbonne, mais aussi lors de la rencontre avec les Ambassadeurs, fin août… Une dynamique entretenue par un contexte continental favorable, selon Stéphane Séjourné, patron de la délégation française de Renew Europe… Les autres partis comme le PPE, soutiennent la Commission dans son approche droitière sur la question des migrations, à l’image de l’ancienne tête de liste – François-Xavier Bellamy – alors que la gauche et les Verts dénoncent le titre de commissaire sur le mode de vie européen… Une puissance européenne qui fait pourtant globalement consensus en dehors des extrêmes… 

Une tendance mesurée aussi par plusieurs think-tank, comme l’ECFR, ou encore Yougov, qui sur 60 000 européens sondés, 34% des Français, 30% des Allemands, 27% d’Espagnols et 1% d’Autrichiens pensent que l’Europe s’effondrerait face à la puissance des Etats-Unis ou de la Chine…

Ainsi, la France est passée à l’offensive, notamment grâce à l’obtention de postes importants, comme celui de la commissaire française, Sylvie Goulard, qui gérera le marché intérieur et la Direction Générale de la Défense… Une influence marquée aussi sur les négociations du Brexit, avec Michel Barnier, et la direction de la Banque Centrale européenne, avec Christine Lagarde à sa tête… Un renouveau ambitieux, après la relâche observée sous François Hollande…

En Allemagne, en revanche, on reprend espoir d’un renouveau actif, grâce à l’élection de la président Von der Leyen… Si les Verts « n’attendent que cela »… Il faudra aussi que « l’Allemagne mette fin avec sa politique du « non » envers les initiatives politiques européennes ambitieuses », selon la députée écologiste Franziska Brantner… « L’Allemagne  doit saisir ce moment  pour reprendre un rôle actif en Europe » selon la parlementaire… Une nouvelle présidente qui prend notamment position pour la mobilisation des 1 000 milliards d’€ sur 10 ans, promis aux pays en développement, pour lutter contre le réchauffement climatique…
L’Allemagne parie aussi sur des postes de l’ombre, par rapport aux commissaires européens, mais tout aussi déterminants, selon Claire Demesmay, politologue et experte des relations franco-allemandes, à l’Institut Allemand de Politique Etrangère… En revanche de vrais désacoords existent entre les 2 pays, sur la taxation du digital, notamment…

Mais au-delà du couple franco-allemand, c’est la position des Etats membres par rapport au nouveau budget européen qui guidera la suite de ce projet… Et notamment, l’adoption du Budget Européen… D’autant que le Brexit redistribue les cartes… Les Pays-Bas pourraient ainsi émerger, dans un Europe libérale… L’Italie aussi, si elle parvient à se stabiliser politiquement… C’est donc un nouveau chapitre qui s’ouvre, dans une Europe en mouvement…

Lire l’article d’Euractiv sur lesfrancais.press


%d blogueurs aiment cette page :