Musique en cours

Title

Artist

Background

les 4 nouveaux dirigeants de 520 millions de citoyens de l’Union Européenne

Ecrit par le 3 juillet 2019


On revient aujourd’hui sur les 4 propositions des 28 chefs d’Etats et de Gouvernements de l’UE, pour gérer l’Europe pour les 5 ans à venir… Et après 2 conseils européens infructueux fin mai et mi juin, il aura finalement fallu 3 jours pour suggérer un nom aux eurodéputés… Et c’est une surprise car il s’agit de l’allemande Ursula Von der Leyen, actuelle ministre de la Défense outre-Rhin… Elle est donc préssentie pour le poste de présidente de la Commission Européenne… Et pour les trois autres postes en jeu, la parité est respecté : le premier ministre sortant en Belgique, Charles Michel au conseil européen ; l’espagnol Josep Borrel à la diplomatie et enfin, la française Christine Lagarde pour diriger la Banque Centrale Européenne… Une parité saluée par le président sortant du Conseil européen, Donald Tusk, qui a estimé que « cela valait la peine d’attendre »…

Mais ce qui est étonnant c’est que le nom d’Ursula Von der Leyen n’a jamais été proposé ni même mis en relief par les médias, avant le 2 juillet… Cette membre du PPE (droite conservatrice) défend le parti leader au Parlement européen… La ministre de la Défense allemande n’était cependant pas la cheffe de liste officielle… Elle représente les avantages d’être expérimentée, francophile et pro-européenne… Mais il s’agit aussi d’un choix de compromis, car son compatriote Manfred Weber partait favori, et avait mené la campagne du PPE… Le président français, Emmanuel Macron, lui avait opposé une fin de non-recevoir… Autre favori au tapis, le socialiste néerlandais Frans Timmermans, victime de son penchant à gauche, ce qui parraissait inconcevable pour les conservateurs, majoritaires à l’assemblée parlementaire… Enfin, le français, Michel Barnier, a adressé ses « félicitations » aux 4 nommés…

Car précisons que leur nomination n’est qu’à but consultatif pour les eurodéputés, et une campagne de séduction de 2 semaines est lancée par Von der Leyen… Il revient en effet au Parlement d’élire le président de la Commission européenne… Des eurodéputés qui auraient peut-être aimé une personnalité plus centriste… Et même avec la proposition de Josep Borrell aux Affaires Etrangères ne changera pas fondamentalement le vote des sociaux-démocrates…

Quoi qu’il en soit, le nouveau ou la nouvelle président(e) de la Commission prendra ses fonctions le 1er novembre, à la place de Jean-Claude Junker…

Et ce qui est amusant de mettre en relief, c’est que 27 des 28 Etats membres a approuvé le choix de Von der Leyen… Seule la Chancellière allemande, Angela Merkel n’a pas voté pour elle, afin de maintenir la coalition entre son Parti et les sociaux-démocrate…

En attendant, les eurodéputés voteront demain à bulletin secret, le futur président du Parlement Européen… Un élu de gauche pourrait être investit… Notamment l’ancien Premier Ministre bulgare Serguei Stanishev…

Quoi qu’il en soit, les eurodéputés tenteront de mettre moins de temps à se décider, et une refonte des procédures européennes pourrait voir le jour… Comme préconisé par Emmanuel Macron, le 1er juillet, qui en appelle ainsi à la crédibilité de l’Europe sur la scène internationale… Affaires à suivre…

Lire l’article complet sur Les Français.press


%d blogueurs aiment cette page :