Musique en cours

Title

Artist

Background

les infos portugaises qu’il ne fallait pas manquer cette semaine – 26 Octobre

Ecrit par le 26 octobre 2019


Les infos portugaises qu’il ne fallait pas manquer cette semaine

Ce week-end, on vous propose un petit récapitulatif des informations portugaises qu’il ne fallait pas louper cette semaine. On a sélectionné une info par jour, en s’appuyant sur les flashs infos que vous pouvez écouter chaque matin et chaque soir de la semaine sur La French Radio.

Lundi, on s’intéressait à une étude, selon laquelle le Portugal est un pays vieillissant, peu instruit, bosseur et mal payé. C’était en cas tout cas le portrait dressé en début de semaine par la base de données Pordata à l’occasion de la journée européenne de la statistique. Dans le détail, les Portugais sont ceux qui travaillent le plus d’heures ou qui présentent le plus faible niveau d’éducation chez les employeurs. Quant aux salaires, le Portugal se classe 21e sur les 28 pays de l’Union européenne. Enfin, le pays est le troisième en Europe à avoir le moins d’enfants et d’adolescents jusqu’à l’âge de 15 ans, rapporte le journal i.

Mardi, on notait que l’entreprenariat français se révèle toujours plus actif au Portugal. L’hebdomadaire Jornal Economico s’y intéressait dans son édition de la semaine dernière, à la suite des Trophées luso-français, qui avaient lieu le 10 octobre à Lisbonne. On y apprenait que 750 entreprises implantées dans le pays ont des capitaux français. Et surtout qu’elles emploient un total de 60 000 personnes. La France est donc le premier employeur étranger au Portugal. Principalement dans les secteurs de l’automobile, avec les groupes PSA et Renault, ou encore dans celui des énergies renouvelables, avec Engie. La France est également le second investisseur étranger au Portugal.

Mercredi, on relayait la une pour le moins anxiogène du journal i. Le quotidien annonçait qu' »une crise financière se profile à l’horizon et elle sera 20 fois pire que celle des subprimes » en 2007-2008. Et selon les analystes financiers, les banques portugaises ne sont pas tout du préparées à cette nouvelle crise. L’affaire Banco Espirito Santo est d’ailleurs étudié dans les meilleures universités américaines comme un exemple à ne pas suivre. L’ancienne première banque du Portugal s’est effondrée en 2014 sur fond d’irrégularités comptables. Le journal i rapporte qu’avec l’aide accordée aux banques ces dernières années, le pays aurait pu construire 27 ponts Vasco de Gama, 157 hôpitaux ou encore assumer les dépenses d’électricité des Portugais durant deux ans.

Jeudi, on ouvrait notre flash infos sur une nouvelle proposition pour le futur aéroport de Lisbonne. Des spécialistes en infrastructures aéroportuaires expliquent, dans une étude, qu’il serait préférable qu’il voit le jour, non plus à Montijo, mais à Alverca. Sur cette immense base aérienne en bordure du Tage, il faudrait construire une piste parallèle à celle de l’actuel aéroport, afin de l’inclure dans le projet et créer un grand hub. Celui-ci, parmi les plus modernes du monde, pourrait alors accueillir jusqu’à 75 millions de passagers par an. Cette solution, défendent ses promoteurs, serait moins impactante pour l’environnement que celle de Montijo, moins chère et plus rapide à construire.

Vendredi, on vous racontait l’histoire de pompiers… un peu particuliers. Une histoire dévoilée cette semaine par l’Agence France-Presse et reprise par plusieurs médias francophones. Au coeur du Portugal, dans la région d’Abrantes, des soldats du feu travaillent dans le privé, pour l’industrie du papier. Ils sont 250 à être employés par les deux principaux groupes papetiers du Portugal, Navigator et Altri. Leur but ? Protéger les 150 000 hectares de plantations d’eucalyptus. Tous ces hectares appartiennent à la filière, premier propriétaire forestier du pays et troisième producteur de pâte à papier en Europe.

C’est tout pour cette semaine. On se retrouve lundi à 7 h 30 pour un nouveau flash infos. Passez un excellent week-end sur la FR.


%d blogueurs aiment cette page :