Musique en cours

Title

Artist

Background

Londres et Bruxelles se renvoient la balle sur le Brexit

Ecrit par le 9 octobre 2019


On revient ce matin sur le Brexit et l’appel relatif au compromis lancé à la fois par Bruxelles et Londres, avant le début de négociations décisives sur la sortie de l’UE du Royaume-Uni… Le premier ministre britannique, Boris Johnson, annonçant même assouplir sa position sur les échanges entre l’Irlande, membre de l’UE, et l’Irlande du Nord, qui accompagnera le Royaume-Uni après le Brexit… Boris Johnson propose donc d’éviter le retour des contrôles entre les deux Irlandes… Mais ceci n’a pas l’air d’enthousiasmer les Européens, qui relèvent plusieurs points « problématiques » au projet du Premier ministre britannique… Ce-dernier appelant même les Européens à faire des compromis, dans une lettre publiée par les 2 journaux pro-Brexit : Le Sunday Express et le Sun on Sunday

Mais Bruxelles reste arque-bouté sur ses positions et demande à Londres de faire de nouvelles propositions… Ce qui n’empêche pas les négociateur en chef du Brexit pour l’UE – Michel Barnier – de croire en un accord « très difficile », mais encore « possible », dans les colonnes du Monde… Exhortant, cependant Londres, à revoir sa copie sur 2 problèmes graves qui leur ont été signalés… À savoir le retour des contrôles douaniers en Irlande et le droit de véto que Londres souhaite accorder au parlement nord-irlandais…

De son côté, Steve Barclay, le ministre en charge du Brexit, n’est pas sourd aux demandes sur l’Irlande du Nord, ajoutant : « Nous pouvons regarder cela et discuter cela »… Un optimisme également de mise pour le non-rétablissement d’une frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord… Il souhaite simplement rappeler à l’UE de se montrer « flexible » et « créative »… Et si le Premier Ministre letton – Krisjans Karins – prône l’ouverture, Boris Johnson a rappelé qu’après 2 reports, le Brexit n’en connaîtra pas un troisième, même à 22 jours de la date prévue du Brexit… Et ce, malgré la loi adoptée par le Parlement Britannique pour repousser la date du divorce faute d’accord lors du prochain sommet européen, prévu les 17 et 18 octobre… Une loi qui n’a pas entamée la détermination de Boris Johnson, prêt à défier la reine Elizabeth de le limoger, selon le Sunday Times… Il pourrait même convaincre un pays de l’UE a mettre son véto à une demande de délai, alors que le report doit être approuvé à l’unanimité des Etats membres… La Hongrie de Viktor Orban pourrait se laisser tenter, selon le Telegraph… Ce que n’a pas confirmé une source au Ministère hongrois des Affaires Étrangères, éludant la notion de report à l’heure actuelle… Et si le ralliement d’un Etat membre ne suffisait pas, Boris Johnson pourrait contrecarrer les plans européens, en mettant son véto au budget de l’UE… 

Et lors des dernières discussions entre Johnson et le Premier minsitre finlandais, qui assure la présidence tournante de l’UE, il a été décidé d’y voir plus clair d’ici 1 semaine… Ce qui a été partagé par les deux dirigeants…

Lire l’article sur lesfrancais.press 


%d blogueurs aiment cette page :