Musique en cours

Title

Artist

Background

L’UE mutualise les informations sur les terroristes

Ecrit par le 11 septembre 2019


On parle aujourd’hui de l’avancée de l’UE en matière de partage d’informations sur le terrorisme… Eurojust – l’unité de coopération judiciaire – vient de mettre en place « un registre judiciaire européen… Concrètement, il s’agit de rassembler toutes les informations, comme les enquêtes en cours, les accusations, ou encore les condamnations de militants et des combattants ayant rejoint des groupes terroristes… 

Julian King, commissaire européen en charge de la Sécurité, espère ainsi que « ce registre aidera les juges et procureurs à établir des liens entre plusieurs affaires »… Ce sont en effet près de 1 300 européens (dont la moitié d’enfants), qui seraient actuellement retenus en Syrie et en Irak… Ce registre permettra donc de réunir un maximum d’informations sur ces suspects, et ainsi éviter toute attaque en Europe… 

Un registre destiné aussi à mieux appréhender le terrorisme d’extrême-droite et d’extrême-gauche… Avec cet outil, l’UE ne fait, en fait, que répondre à l’internationalisation des réseaux… Reste à mettre en place des canaux sécurisés et cryptés pour transmettre les informations d’un pays à l’autre… 

Une réelle avancée, tant les Etats se sont opposés à partager les informations pendant des années, par le passé… Or l’UE avait jeté les bases d’un tel projet dès 2005, mais les organes de maintien de l’ordre ne transmettaient les données qu’avec parcimonie… Il a alors fallu la détermination de la France, l’Allemagne, l’Espagne, la Belgique, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas pour aboutir… La Commission Européenne, le Comité Spécial sur l’Antiterrorisme et le coordinateur pour la lutte contre le terrorisme ont suivi…

Et en 2018, ce sont 580 procédures judiciaires qui ont été déclarées pour des affaires de terrorisme… Finalement, les 28 Etats membres auront accès au registre, sauf le Royaume-Uni en cas de Brexit dur… De nombreuses accords sur la coopération sécuritaire restent en effet à éclaircir avec les Britanniques, comme le respect des lois, la coopération en matière pénale, ou encore le cadre de la coopération avec Europol et Eurojust…

Lire l’article sur lesfrancais.press


%d blogueurs aiment cette page :