Musique en cours

Title

Artist

Background

Postes clés de l’UE : les gagnants et les perdants

Ecrit par le 17 juillet 2019


Bonjour à toutes et à tous !!!

Un peu plus de 15 jours après la désignation des quatre principaux dirigeants de l’Union Européenne, tour d’horizon des gagnants et les perdants sur le Continent… Rappelons d’abord que ces nominations doivent prendre en compte un délicat équilibre entre l’origine géographique et politique… Simplement, la pratique a été moins reluisante que la théorie…

Ainsi, les États membres historiques ont été plébiscités… L’allemande Ursula Von der Leyen à la Présidence de la Commission ; le belge Charles Michel à la présidence du Conseil ; l’espagnol Josep Borrell aux Affaires Etrangères ; ou encore la française Christine Lagarde à la Banque Centrale… L’Italie aussi garde une influence, avec le socialiste David Maria Sassoli à la présidence du Parlement européen… Enfin, la danoise Margrtehe Vestager et le néerlandais Frans Timmermans sont présentis à la vice-présidence de la Commission… En revanche, pas de représentant de pays ayant adhéré à l’UE en 2007 n’a obtenu de poste à responsabilités… Et même les proximités idéologiques n’ont pas pesé, notamment pour le poste de président du Parlement, qui aurait pu revenir au bulgare Serguei Stanishev… Le seul poste offert à un européen de l’Est, est celui de président du groupe centriste au Parlement, occupé par le roumain Dacian Ciolos…

En revanche, les deux grandes formations politiques européennes du PPE et des Socialistes, ont conservé leurs positions au sein des institutions, malgré les percées des populistes, Verts et centristes lors des dernières élections… Le PPE obtient la présidence de la Commission et la deuxième partie de mandat du président du Parlement… Alors que Christine Lagarde, ancienne ministre de l’Economie sous Nicolas Sarkozy, se rapproche du PPE…

Les Socialistes, prennent, quant à eux, la première partie de mandat du président du Parlement, le poste de diplomate en chef, et un poste de vice-président de la Commission…

Les Centristes trustent la présidence du Conseil et une vice-présidente de la Commission…

Enfin, les populistes sont les grands perdants… Et même s’ils pouvaient revendiquer des postes au Parlement au vu de la taille de leur groupe, le « cordon sanitaire » mis en œuvre les a isolé…

En revanche, la parité est la grande gagnante… Avec 40% de femmes élues au Parlement et 2 des 4 postes clés… Christine Lagarde, troisième femme la plus puissante du monde, selon Forbes, va quitter son poste au FMI pour s’installer à la BCE… Et l’allemande Ursula Von der Leyen est la première femme a avoir été choisie par les chefs d’Etat, et élue de justesse par les eurodéputés, pour diriger la Commission… On peut aussi noter que le taux de femmes élues au Parlement est passé de 16 à 41% entre 1979 et 2019…

Enfin, clamons haut et fort un certain cocoricco avec les 5 nouveaux chefs d’instances de l’UE, qui parlent tous français…

Lire l’article complet sur Les Français.press


%d blogueurs aiment cette page :